#119

Nous nous éloignons au milieu d’une végétation dunaire, sur du sable rendu boueux par l’averse. Les tourbillons du Congo sont ici plus violents qu’aux Rapides. Des vagues s’écrasent sur les roches et jaillissent écumeuses. C’est par ici que Conrad a perdu son manuscrit. Je cherche entre les cailloux. Au milieu du fleuve, l’île du Diable, seulement habitée par de très nombreuses colonies de chauves-souris, dresse les ombres noires de sa forêt. Les grands volatiles ne quittent leur repaire qu’à la nuit tombée, et sur la rive des filets sont tendus entre les branches des manguiers pour les capturer. Pendant les semaines où il est resté caché dans ces parages, Fulgence me dit avoir lui aussi goûté de ces vampires rôtis, bu l’eau du fleuve, cueilli des mangues, dormi à l’abri des buissons, au milieu des groupes hagards et perdus, attendant autour des feux de bois la fin des combats pour regagner leurs appartements.

Patrick DevilleEquatoria
Seuil, 2009

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *