#130

De jour, Djibouti est une ville d’une absence de couleur presque violente. C’est la capitale du néant, qui vit tournée vers l’extérieur d’où tout vient et tout repart. Autour… J’ai parcouru jadis le désert du Tibesti à la recherche des restes de camarades d’escadrille morts de soif auprès de leur avion, j’ai vu le Kalahari de l’Afrique du Sud, mais rien n’est plus mort que le chaos de rocs noirs qui commence au nord-ouest de la mer de sel, et où les volcans se sont éteints en même temps que la terre qu’ils ont bouleversée. Tout ici offre l’image de ce que sera un jour le point final de l’histoire de l’homme…
La prière musulmane y prend un accent désespéré. Elle monte de tous les coins de rue : le mourad, aidé par la griserie du kat qu’à défaut de haschisch on distribue aux fidèles, atteint à cette joie dans la lamentation que connaissent bien tous les amoureux de l’Islam.

Romain Gary, Les trésors de la mer Rouge
Gallimard, 1971

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *