Sébastien de Courtois

#139

L’empire des navires est devenu celui des mots, puis celui des songes. Je prends à mon tour le pli de cette lassitude qui agit comme un poison — évoquer le passé ne se fait pas sans dommages. Il faudrait brûler les livres lorsque les volumes s’amoncellent. Je les aime pourtant, ces ouvrages, mais parfois j’aimerais m’en débarrasser, ne plus accumuler, ouvrir les murs à d’autres réalités. La littérature rassure.

Sébastien de Courtois, Éloge du voyage, sur les traces d’Arthur Rimbaud
NiL Éditions, 2013

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>